vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Devoluy

Le massif du Devoluy est resté très sauvage, de part son absence relative d’aménagement touristique et de ville importante. D’accès assez compliqué, le climat y est sévère, ce qui explique son isolement (l’expression « crétin des Alpes », si chère à notre capitaine Haddock, vient par ailleurs de cette région : auparavant, l’on y développait un crétinisme dû à des carences notamment en sel). On y pratique une escalade qui tend vers l’alpinisme, et le rocher y est souvent variable.

Le pic de Bure, à l’approche

L’Obiou domine ce massif, et présente plusieurs voies, classiques ou aventureuses. Les autres principales parois du massif, souvent d’ampleur, voient des fréquentations irrégulières. Si le Gillardes et la Grande Roche possèdent des itinéraires tout équipés, difficiles et souvent répétés (ainsi que des voies oubliées), de beaux murs comme le Pic Grillon, le Grand Ferrand ou la Crête des Bergers ne doivent pas voir des grimpeurs tous les jours, alors que l’on doit y retrouver certaines des parois les plus hautes et raides du sud des Alpes.

Plus classique, le Pic de Bure abrite l’une des voies incontournables pour les grimpeurs de très grandes voies, le Pilier Bertrand-Desmaison. René Desmaison y aurait ouvert au moins six voies, les autres sont disparues ou oubliées. Depuis une dizaine d’années, une voie extrême y est ouvert longueur par longueur, ce projet promet un « big wall » d’une ampleur rare.

Quelques écoles d’escalade, comme le Pierroux, proposent des grandes voies et jolies couennes.

La paroi du Pierroux

Accueil > Topos d’escalade > France >Devoluy