vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Dièdre de l’Eglantine

Grande classique dans le niveau 5c/6a, le Dièdre de l’Eglantine est, avec la voie du jardin suspendue, l’itinéraire le plus fréquenté du Baou Des Vespres. Certes la paroi n’est pas très haute, 140 mètres seulement, mais elle est l’une des plus impressionnantes de la Montagne Sainte Victoire et sa raideur est très appréciable. Notre voie parcourt un dièdre évident, esthétique et raide. La ligne est plus qu’évidente et la grimpe très agréable, partiellement équipée de pitons (à la qualité variable…), et le rocher est, dans l’ensemble, solide même si sur de courtes sections il faut se méfier. Il s’agit donc d’une voie formatrice, mais à l’engagement raisonné et devient très intéressante dès que le grimpeur sait évoluer dans ce type de terrain, faussement aseptisé par la fréquentation mais où la prudence reste de mise.

Vue sur la paroi du Baou des Vespres

Vue sur la paroi du Baou des Vespres

Le dièdre vu du bas

Le dièdre vu du bas

Il y a de grandes chances qu’après avoir parcouru ce beau dièdre, vous ayez envie d’en parcourir d’autres dans ce beau mur. Quelques mètres à gauche, la Laetitia est un peu plus difficile, moins équipée mais encore plus belle.

L’approche se fait depuis le refuge Baudino, par le chemin évident menant au pied de la paroi. L’attaque est facile à trouver, dans un dièdre incliné, se séparant ensuite en deux fissures évidentes et distinctes (la branche de droite correspond à la cheminée arc en ciel).

L1 : 5c, 40 mètres; Très belle fissure/dièdre, avec deux passages un peu plus raides, au milieu et en haut, bien prisus (pitons). Un peu de mauvais rocher. Relais sur deux pitons, renforçable.

L2 : 5c, 30/35 mètres; Dièdre au dessus le relais, raide au début (pitons) puis soutenu et fissuré, superbe. Relais sur mini vire confortable, trois pitons, renforçable.

L3 : 6a, 35 mètres; Dièdre très raide au dessus le relais, très beau (un piton au crux) puis légèrement plus facile (pitons) mais avec du rocher moyen. Relais à gauche sur arbre.

L4 : 5a/b, 40 mètres; Dièdre évident au dessus du relais, belle longueur facile.

Première longueur

Première longueur

Le dièdre en 6a

Le dièdre en 6a

Descente à pied par le grand couloir (à l’est, sente, cairn, chaînes).

L’églantine est la fleure de l’églantier, qui est le nom commun des rosiers sauvages, bien qu’il s’agisse en fait d’une autre dénomination pour les rosiers, plante bien connue. Un nom de voie poétique, rappelant soit que les épines et poils grattants ont gêné les ouvreurs, ou alors que nos belles parois provençales peuvent être remplies de trésors…

1ière ascension : Jean-Paul Folliet et Michel Soulier en 1965

Difficulté : TD-; 6a, 5c+ obligatoire; 140 mètres

Matériel: friends du 0,5 au 3, sangles, câblés, matériel grande voie. Partiellement équipée de pitons variables…

Seconde longueur

Seconde longueur

Troisième longueur, vue du haut

Troisième longueur, vue du haut

Dernière longueur

Dernière longueur

Accueil > Topos d’escalade > France > Sainte Victoire > Baou des Vespres, grand couloir et paroi des Plaideurs > Dièdre de l’églantine