vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Sur les traces de Gaston

L’aiguille de l’Eissadon, vue du haut

Sans aucun doute parmi les plus belles voies des Calanques dans un niveau 6a, « Sur les traces de Gaston » propose une très belle escalade dans un cadre exceptionnel. Cet itinéraire se situe dans la très belle aiguille de l’Eissadon, qui est un beau sommet pyramidal et pointu, à la fois encerclé par la mer (elle est rattachée par seulement quelques mètres à la calanque de l’Eissadon), et traversée par cette dernière. En effet, cette aiguille, qui n’est pas sans rappeler celle d’Etretat, n’est pas creuse (même si cela n’est pas non plus le cas à Etretat!), elle est intégralement traversée par un chenal régulier, large d’un mètre cinquante à deux mètres, ce qui ravit les kayakistes.

« Sur les traces de Gaston » est une voie remarquable car elle invite le grimpeur à découvrir cette aiguille, en en faisant une ascension hélicoïdale, et l’ambiance est au rendez-vous : on suit d’abord le fil de l’eau, en enjambant le fameux chenal, puis on remonte un joli pilier, pour traverser à nouveau au dessus le chenal de l’autre côté de l’aiguille, mais cette fois-ci, avec nettement plus de vide, pour enfin remonter une dalle jusqu’au sommet. En plus du cadre hors norme, l’escalade elle-même est très intéressante : en quelques longueurs, on goute à presque tous les styles des calanques : rocher saillant au raz de l’eau, du blanc rond, de la très belle dalle… Cet itinéraire compte parmi ceux à faire absolument dans le sud de la France!

Et cette fois-ci vue du bas

Cette voie est relativement longue pour le massif, mais partant et finissant (après une descente en rappels) au raz de l’eau, il est vivement recommandé de ne pas s’arrêter là : juste derrière se dressent les belles falaises de l’Eissadon. Classiquement, les grimpeurs poursuivent par « l’éperon ouest de l’Eissadon » ou encore « la chandeleur« . Après cela, on pourra dire que l’on a bien grimpé, et rentabilisé une approche relativement longue mais qui permet de s’éloigner et profiter calmement de ce petit coin de paradis…

Approche : Rejoindre le col de l’Eissadon, puis la calanque éponyme en bas (sente parfois délicate). De la calanque, repérer la voie équipée, longeant vers la gauche le bas de l’aiguille, passant rapidement au dessus de la mer.

L1 : 5b; Longueur courte, qui passe le chenal. Faire relais avant de passer l’angle (beaucoup de tirage sinon).

L2 : 5c; Nouvelle longueur courte. Un pas au départ puis plus facile.

L3 : 5c; A nouveau en traversée au raz de l’eau, puis courte cheminée. Ne pas faire relais sur le premier trouvé mais

Premières longueurs, en traversée au dessus la mer

quelques mètres plus loin et plus bas (facile).

L4 : 5a; Descente au raz de l’eau un poil délicate, puis on passe par un ilot pour retrouver la vraie paroi et faire relais sur le fil du pilier à gauche.

L5 : 5c; Fissure sur le pilier, et faire relais dans une antre suspendue.

L6 : 5c; Traverser à gauche (l’on repasse au dessus du chenal, mais à 50 mètres de haut et sur l’autre versant!) en direction de surplombs suspendus permettant de rejoindre l’autre rive du chenal.

L7 :  6a+; On gravit un petit ressaut puis on poursuit cette traversée impressionnante en oblique, très beau rocher. Relais aérien!

L8 : 5c; Dalle superbe!! Relais facultatif.

L9 : 5c; La même que la précédente!

Descente : Trouver le premier rappel 6 mètres à droite du relais de sortie (sommet en rocher douteux, ne pas tirer le rappel de là – risque de coincer!), 40 mètres, viser un grand pin en bas à droite du jardin (dos au large). Second rappel de 45 mètres.

Second passage au dessus le chenal!

Difficulté : D+; 6a+, 5c obligatoire; 150 mètres d’escalade environ, sommet à 80 mètres au dessus de la mer

Matériel : Grande voie équipée

Recommandations : Voie dangereuse si la mer est houleuse!
attention à ne pas faire tomber de matériel ou cailloux sur les éventuels kayakistes traversant le chenal!

Le nom de la voie rend hommage à Gaston Rebuffat, très célèbre alpiniste français, ayant fait ses premiers pas dans le massif. Nous retenons cette citation :
« Bien plus qu’à Marseille, c’est dans les Calanques que je suis né ».
Il fut l’un des guides les plus prestigieux de sa génération, étant notamment le premier à compléter l’ascension des six « faces nord des Alpes ». Il est également connu pour avoir été l’un des premiers, voir le premier, à communiquer sur le plaisir d’être en montagne.

Accueil > Topos d’escalade > France > Calanques > Devenson > Sur les traces de Gaston

Publicités