vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Les deux papas

La voie des deux papas est probablement la plus facile des jolies voies non équipées de Castelvieil partant du ras de l’eau. On remonte en fait le dièdre évident parcouru vers le bas lors des rappels de la partie inférieure (accès rêve de pierre, etc…), puis on achève de gravir ce superbe mur raide et blanc par une rampe agréable et aérienne. L’escalade est particulièrement intéressante, sur un beau rocher blanc très sculpté, aux difficultés modérées si ce n’est un court passage en seconde longueur. Une voie idéale pour se perfectionner à l’escalade non équipée dans l’un des plus beaux cadres qui soient.

Rappel à Castelvieil

Quelques points trainent par longueur, qui présentent parfois une aide appréciable, souvent un peu avant les difficultés. Ainsi, on trouve un piton par longueur pour les deux premières, puis de un à deux goujons ensuite. Cela ne permet en aucun cas de sécuriser la longueur, mais avant un « pas dur », cela regonfle toujours le moral. Mais il faudra malgré tout régulièrement poser de solides protections pour parcourir ce mur en sécurité…

L’approche se fait directement en rappels depuis le plateau de Castelvieil. La partie supérieure de la falaise se descend soit par le rappel de la Ramon, soit directement dans la voie (plus dur à trouver!). A la vire, on rejoint la classique ligne de rappels amenant « au fil de l’eau ».

Troisième longueur, un 5c raide partiellement réequipée

L1 : 5c; Initialement, la voie démarrait dans le dièdre évident, désormais parcouru par la voie « Blanc », avec un solide passage d’artif. Désormais, du ras de l’eau, on tire légèrement à droite (ne pas non plus partir dans « la paix des braves« !) pour rejoindre un joli dièdre bien protégeable (un goujon tout en bas, on n’y passe pas forcément, puis un piton) que l’on remonte jusqu’à la chaîne de rappel.

L2 : 6a; Longueur au cheminement évident, droit dans le dièdre. Deux sections soutenues et plutôt sérieuses au tout début (piton au départ de la seconde), puis suite tranquille.

L3 : 5c; Très belle fissure raide, deux goujons (commun à « Blanc »). Relais à la vire sur la chaîne.

L4 : 5b+; De la chaîne, tirer légèrement à droite (petit jardin) puis gravir un beau mur blanc raide (deux goujons et un piton), et poursuivre en légère ascendance droite (relais sur deux goujons, commun à la voie de la paix).

L5 : 5b; Remonter la belle fissure au dessus le relais, puis emprunter la rampe à droite (deux goujons). Relais sur scellements.

L6 : 5b+; Droit au dessus, un goujon et un piton. Court, agréable.

Dans le mur supérieur

Retour par le plateau de Castelvieil.

1ière ascension : B. Domenech, J.-P. Folliet, F. Guillot, C. Leroyer le 19 avril 1970 pour la partie inférieure,
P. Favard, R. Le Batard en 1968 pour la partie supérieure.

Difficulté : TDinf, 6a max, 5c obl., III, 130 mètres

Matériel : Un jeu de friends 0,5 au 3, câblés, matériel grande voie.

Accueil > Topos d’escalade > France > Calanques > Castelvieil > Les deux papas