vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Les Naufragés Bienheureux – Candemana Canyon

La première longueur de l'arête - Davantage une ambiance bout du monde que Verdon!

La première longueur de l’arête – Davantage une ambiance bout du monde que Verdon!

Lors de notre aventure dans le Candemana Canyon, nous avons remonté celui-ci pendant deux jours, en espérant trouver une belle ligne naturelle à ouvrir. Le rocher, souvent particulièrement mauvais dans le fond du ravin et l’isolement très important ne nous auront pas suffisamment convaincus pour tenter d’ouvrir en libre une grande paroi. Cependant, nous avons trouvé, un peu par hasard, une belle arête sur un sommet certes modeste mais pointu comme il faut!

L’approche que nous avons suivie pour la trouver est des plus aventureuses, car nous avons remonté le canyon depuis la base d’El Gigante, pendant deux longues journées à crapahuter, voire à grimper dans cet environnement assez inextricable. Il est possible, et plus commode, de passer par la cascade de Basaseachi. Mais notre objectif n’a pas été centré sur l’escalade, et celle-ci n’était qu’une partie de l’aventure, même si grimper une petite aiguille vierge dans cet environnement reculé est extraordinaire !

Cette aiguille se situe en rive droite du canyon, après que celui-ci oblique franchement vers le sud. Il s’agit en fait d’un contrefort indépendant du sommet nommé Cumbre Laguna sur la carte. On la voit très bien depuis le fond du canyon (il existe une prairie idéale pour bivouaquer en rive gauche face à elle), même si selon la lumière on la confond aisément avec le sommet derrière.

Vue sur le canyon...

Vue sur le canyon…

Un petit topo !

Notre conquête, l'aiguille dans l'ombre! On voit l'arête finale, mais le socle n'est pas visible sur la photo

Notre conquête, l’aiguille dans l’ombre! On voit l’arête finale, mais le socle n’est pas visible sur la photo

Du torrent, même si l’aiguille n’est plus très loin, l’accès reste compliqué. A vue à travers une forêt très raide, on rejoint un socle en rocher pourri recouvert d’une végétation assez instable. Nous avons tiré deux longueurs pour franchir ce drôle d’obstacle, puis on rejoint un terrain moins raide et plus favorable jusqu’au pied de l’arête proprement dite, que l’on remonte jusqu’au sommet en quatre longueurs.

L1 : Socle, 4c et scramble exposé, 50 mètres. Franchir le socle au mieux… Viser la section où il est le moins haut.

L2 : 5a/b, 50 mètres. La partie supérieure du socle est nettement plus rocheuse, mais peut être très raide selon l’itinéraire choisi. Rocher très mauvais par endroits

Du sommet du socle, remonter en ascendance à droite (forêt stable) en direction du pied de l’arête.

L3 : 4c, 40 mètres. Couloir fissuré évident, rocher correct (tout de même friable en surface), cactus et mousse.

L4 : 4b, 30 mètres. Cheminée évidente sur la gauche de l’arête. Section « dure » courte mais agréable.

L5 : 5b, 30 mètres. Très belle dalle avec enfin un peu d’ambiance. Rocher délicat dans le haut (on reste à gauche du fil de l’arête).

L6 : 4b, 30 mètres. Courte cheminée jusqu’à l’arête, puis rocher très délité (gros blocs) jusqu’au sommet.

Descente : En trois rappels (préférer des courts pour éviter de tirer ensuite vers soi de très gros blocs!) en face ouest. On arrive en haut d’un couloir facile à descendre menant à l’attaque puis au sommet du socle. Y tirer deux grands rappels, attention aux gros blocs susceptibles de se détacher ! Ainsi qu’aux serpents fluos qui attendent derrière ces écailles…

Dans la dernière longueur - vue sur le canyon et au fond notre point de départ

Dans la dernière longueur – vue sur le canyon et au fond notre point de départ

Ce n’est pas une voie majeure ni même réellement intéressante d’un point de vue escalade, mais elle nous aura permis de vivre une aventure complète dans cet univers magique et isolé qu’est le Candemana Canyon. Le nom que nous lui avons choisi fait référence au fait que nous n’avions pas d’objectif précis, et que nous sommes très heureux d’avoir pu grimper « notre » sommet dans cet environnement où remonter est déjà une belle aventure, à prendre au sérieux et engagée.

1ière ascension : Nicolas Gay et Timothée Guillon, le 08/11/2016

Difficulté : D; 5b; 120 mètres pour l’arête sans le socle (au moins aussi dur). La voie est en soit peu engagée (demi tour facile), mais est situé dans un environnement très reculé. Le moindre petit soucis peut vite devenir très grave, aucune assistance possible dans le canyon.

Matériel : Jeu de friends, câblés, ficellous et sangles, beaucoup de précautions envers le rocher…

Accueil > Topos d’escalade > Ouvertures > Les Naufragés Bienheureux – Candemana Canyon

Accueil > Topos d’escalade > Mexique > Les Naufragés Bienheureux – Candemana Canyon

Le topo de la voie

Le topo de la voie