vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Tricotage

Fin de la première longueur

Fin de la première longueur – tout sale, déjà!

Ouverte par erreur et sans repérage, tricotage est une voie spéciale, à la ligne pourtant logique. Nous voulions répéter la voie de l’aiguille, sans topo car nous pensions qu’une fois sur place l’itinéraire serait évident. Après avoir descendu les rappels puis remonté l’infâme socle de gradins menant au pied de la voie, dans un amphithéâtre, nous démarrons dans une cheminée extrêmement chipseuse menant à une zone de surplombs très intimidants. Une vieille sangle de but trouvée dans la première longueur nous met la puce à l’oreille, puisque la voie convoitée a été récemment répétée. Une courte traversée sur la droite permet à Bernard de construire un solide relais.

Dominant celui-ci, toujours ces surplombs qui ne semblent pas franchissables (même si bien plus à gauche une sangle pendrait…) nous dominent. Je quitte le relais avec une confiance modérée car le rocher est toujours particulièrement chipseux et certains blocs sont inquiétants. Après avoir franchi par une traversée ascendante à droite la première zone de surplombs, je m’aperçoit que continuer tout droit est impossible. Ambiance… Heureusement, derrière un pilier pile à ma gauche se cache la solution. Après une section physique en traversée dans le dévers, j’atteins un « nid d’aigle », d’où une sortie vers le haut facile s’annonce. Je monte faire le relais un peu plus haut dans une niche au fond d’un dièdre. Ce relais est commun avec la voie de l’aiguille, qui part alors à droite et dont la partie supérieure est reprise par Calypso que je connais déjà.

Bruno dans la première longueur

Bruno dans la première longueur

Départ de la seconde longueur

Départ de la seconde longueur

Incertain de l’itinéraire à suivre, même si nous avons bien compris que nous n’étions absolument pas dans la bonne ligne, Bruno suit une belle rampe d’aragonite en ascendance à gauche, puis une écaille, pour atterrir dans une niche spacieuse, où nous devons probablement longer la voie oubliée « Nullissima ». Nous ne savons pas exactement où nous sommes et la paoi est encore longue…

Bernard sort de cette niche par une rampe herbeuse, puis franchit un mur gris compact, très proche des gradins de l’éperon des pins, que j’ai récemment visité. Nous arrivons alors sur la grande vire 40 mètres sous le sommet, puis tirons à droite pour retrouver la sortie des voies classiques.

Nous sortons alors par la dernière longueur de Calypso, un 5c très beau qui rappelle que le terrain d’aventure ne fait pas toujours peur. Cette longueur serait commune avec la sortie de Nullissima.

Au final, nous avons ouvert deux longueurs et demi, et la ligne empruntée est ainsi logique et esthétique. En revanche, le rocher est particulier dans le bas, et l’escalade y est très raide, au cheminement intéressant entre les surplombs. Cela en fait une voie plus sérieuse que sa voisine Calypso, et un peu plus difficile.

A l'ouverture...

A l’ouverture…

1ière ascension : Nicolas Gay, Bernard Pégourié et Bruno Zunino le 23 février 2017. Tricotage est tangeante à Nullissima et l’éperon des pins au moment d’arriver à la vire supérieure.

Difficulté : TD; 6a+; III; 180 mètres

Matériel : Friends 0 au 4, câblés, hexentrics, sangles, pitons, etc… et un peu de courage !

Accueil > Topos d’escalade > France > Calanques > Devenson > Tricotage

Accueil > Topos d’escalade > Ouvertures > Tricotage – Devenson

Le topo de la voie !

Le topo de la voie !

 

Laurent, dans la voisine "Calypso", avec en arrière plan le fameux surplomb de la seconde longueur...

Laurent, dans la voisine « Calypso », avec en arrière plan le fameux surplomb de la seconde longueur…