vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

il faut trouver la voie (Lao Tseu)

Une petite arête, évidente, coincée entre les plus belles parois des Calanques. Des générations de grimpeurs ont du l’observer, allant de continuer à pied vers les objectifs initiaux. Il ne s’agit évidemment pas de l’une des voies majeures des Calanques, et pourtant celles-ci ne sont pas loin. Alors, qu’est donc « Lao Tseu »? Une belle balade pour les ouvreurs à ne pas réitérer? Une blague? (En lisant les commentaires de l’un des ouvreurs on y croirait presque!) Ou encore une petite escalade sympa et sans prétention?

Tout d’abord, les amateurs de belles lignes apprécieront cette arête marquée, et qui compose probablement la fin des falaises du Devenson (qui, rappelons le, partent de la calanque de l’oeil de verre pour s’achever… au creux de l’Oule). Partir ainsi du creux de l’Oule, ou presque, est un moment agréable. Il est toujours rigolo d’aller jouer de l’équilibre au dessus ce dernier. Je laisse la surprise à ceux qui ne connaissent pas! Ensuite, même si l’escalade est loin d’être grandiose, elle reste amusante sur cette arête qui ne manque pas tant d’ambiance. Et enfin, cette voie rapide permet de rejoindre vite le col de l’Eissadon, d’où partent d’autres voies.

En revanche, malgré des cotations sur le papier très abordables, cette voie ne correspondra pas à une initiation à l’escalade en tête sur coinceurs. En effet, le rocher n’est pas toujours très sain (on a portant un peu nettoyé en la répétant!), et les protections sont souvent très éloignées. Il vaudra mieux, pour les débutants dans ce style, aller trouver d’autres voies plus classiques, notamment sur la montagne Sainte Victoire, où les itinéraires école foisonnent, ou même moins loin, dans des classiques semi équipées comme l’éperon ouest de l’Eissadon.

Approche : rejoindre le creux de l’Oule. Avant le goulet glissant, repérer un court dièdre avec un piton au pied. Départ.

L1 : 5b+; Un réta physique, puis rocher moyen. Relais sur la vire forestière.

L2 : 2; Continuer l’arête jusqu’à croiser la sente de retour de la traversée du GEP.

L3 : 4a; Monter le mur au dessus jusqu’à rejoindre en haut légèrement à droite un pin sur l’arête.

L4 : 4a; Poursuivre l’arête sur 55 mètres jusqu’à un pin.

L5 : 4a; Finir l’arête.

On rejoint alors facilement le col de l’Eissadon (cairns).

1ière ascension : Bruno Zunino et Bernard Pégourié le 16 décembre 2017

Difficulté : D; 5b+; 160 mètres

Matériel : Friends 0.5 au 4, câblés, sangles, dégaines

Accueil > Topos d’escalade > France > Calanques > Devenson > Il faut trouver la voie (Lao Tseu)

Publicités