vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Cancéou – Le Lagon Bleu

La voie du lagon bleu est tout simplement fantastique! Il s’agit là probablement de l’une des voies les plus originales des Calanques, car elle remonte une grotte, l’aven de la porte de Rome. Situé au cœur de l’une des parois les plus sauvages du massif, ce trou dans la roche ne fait pas moins de 50 mètres de dénivelé, et par de la mer, ce qui en fait sa principale caractéristique : au fond de la grotte, tout en bas, la mer passe par un siphon et crée un superbe siphon, d’où part la lumière.

La vire d'accès - au fond les îles

La vire d’accès – au fond les îles

Si ce trou était bien connu des spéléologues et plongeurs, il l’était moins par les grimpeurs. Cependant, des équipeurs ont décidé de tracer une voie partant du fond de la grotte et remontant au sommet de l’aven, offrant ainsi un itinéraire on ne peut plus exceptionnel. Car non seulement cette ambiance est absolument unique, mais en plus l’escalade est très agréable, bien que poussiéreuse (on ne va pas se plaindre, vu l’environnement cela aurait pu être bien pire!).

Le lagon, en fond de grotte

Le lagon, en fond de grotte

L’accès est relativement long, mais cela fait parti de l’aventure : par le petit port de Morgiou, on doit rejoindre dans un premier temps le sommet du Cancéou, puis on suit les vires classiques rayant la face (voir l’accès de la voie du Levant), jusqu’à la courte longueur équipée en 4. Juste avant cette fissure, à l’ouest, se trouve l’aven du Cancéou, évident. Un rappel est installé sur son flanc supérieur. On peut y accéder en un rappel de 50 mètres, ou alors en trois petits (25 mètres). Descendre dans ce trou est un grand moment, car très rapidement la ligne de la corde disparait dans le noir, et il va falloir absolument remonter. Mais ces angoisses restent bien souvent en haut, car à glisser sur notre corde on réalise que remonter ne sera pas si compliqué que le premier coup d’œil laisse penser, et le lagon marquant le bas de la grotte invite davantage à la contemplation qu’au stress. On pourra même s’y baigner… Mais on ne pourra trainer indéfiniment au fond, car il faudra bien remonter…

Première longueur, il va falloir remonter!

Première longueur, il va falloir remonter!

Le topo de la remontée!

L1 : 5a ; Départ derrière une arche dans un renfoncement, mur raide à bacs puis traversée à gauche (ne pas s’orienter vers le dernier rappel chaîné!)

L2 : 5a ; Légèrement à droite puis tout droit, mur raide sur de superbes concrétions. Certains points difficiles à voir!

L3 : 5c ; Traversée à droite, on fait un demi tour dans la grotte sans prendre de dénivelé, mais superbe ambiance!

L4 : 5c ; Passer un boyau au dessus du relais, puis sortir dans un beau mur blanc.

L4′ : 5c ; Dans la troisième longueur, s’arrêter à la chaîne de rappel après la vire, et grimper la quatrième droit au dessus ce relais, très belle longueur sur un rocher plus typique du massif. Relais au sommet de l’aven, côté falaise.

Le retour s’effectue par le même chemin qu’à l’aller, le rappel de 20 mètres se remonte en deux longueurs par la voie « l’oubli est la ruse du diable » (5a/b, boyau rigolo!).

Voie entièrement équipée, pas d’infos sur la date de création ni l’identité des ouvreurs.

Difficulté : D+; 5c; 50 mètres de dénivelé pour le boyau, 100 mètres de développé.

Une petite vidéo de notre ascension de la voie :

Cette voie, par ses caractéristiques, rappelle celle créée par Stefan Glowacz et Chris Sharma à Oman, qui remonte la deuxième plus grande grotte du monde, Majlis al Jinn, à Oman. On peut regarder ici une vidéo de leur aventure.

Un petit récit, par ma compagne qui m’a accompagné ce jour :

Nous sommes le 31 décembre 2016 et la journée s’annonce parfaite ! Tempête de ciel bleu et pas un souffle de vent… Ainsi nous prenons la direction de Morgiou. Cancéou nous voilà !

A notre grande surprise, nous ne sommes pas les seuls grimpeurs à avoir entrepris d’achever cette année sur ce beau rocher blanc des calanques. Ceux que nous croisons vont faire la Traversée de la Voile. Nous, c’est à la Porte de Rome que nous allons, à la découverte du Lagon Bleu et des nouvelles voies équipées qui s’y trouvent. 

L’approche est un peu sauvage, comme nous aimons. Il fait bon sous le soleil d’hiver.

Nous arrivons au bord de l’aven. Je ne saurais vraiment dire si ce que je vois est tel que je me l’imaginais… C’est un trou, et d’en haut, nous n’en voyons pas le fond. C’est sombre. 

Alors que Nico lance le rappel, une petite angoisse me prend soudain. Il faut y aller, maintenant, je ne dois pas me laisser le temps de renoncer. Nico part en premier. Une fois en bas, il faudra le suivre.

Me voila les fesses au dessus du trou, prête à descendre dans l’obscurité… 

Mais cela ne s’avère pas si terrible. Une fois dans l’ombre du puis, il ne semble pas faire si sombre, et le fond de la grotte est éclairé par l’eau, le lagon bleu, qui réverbère le soleil du dehors. Ouf… je respire un peu.

Mais toujours est-il qu’il faut remonter !

Nico part en tête, je le suis en second. 

C’est raide et traversant. Le rocher est sculpté, mais poussiéreux. Ici le vent ne balaie rien du tout ! C’est spécial mais très agréable. 

La seconde longueur est plus déversante. Le dévers, ce n’est pas mon truc, alors je me concentre beaucoup pour me placer correctement et ne pas dauber des bras trop vite.

Ensuite, une petite longueur traversante, juste de quoi se positionner tout droit vers la sortie. Ce n’est que du 3, mais c’est aérien ^^

Enfin, la dernière longueur, le rocher blanc du dehors. 

Moralité, « une escalade à 360° ! » comme dit Nico. Il faut se placer, regarder partout où mettre ses mains et ses pieds, même (et surtout) derrière soi ! Très sympa !

Mais sortir du trou n’est pas tout ! Il faut encore refaire l’approche en sens inverse… ou presque !

Nous remontons par des longueurs de l’Oubli et son boyau… Oh la la.. quelle aventure ! A l’assurage, je regarde Nico s’extirper d’un trou que je ne visualise pas encore, et qui me crie de m’aventurer dans le boyaux sans mon casque, et surtout sans mon sac a dos car ça ne passera pas… ok…

Une fois au pied du boyau, je rigole moyen. La galère pour se mettre dedans ! Et puis avec le sac, et le casque, qui pendent sous moi au bout de ma vache, me tirant vers le bas… brrrr… 

J’entends Nico, au bout du tunnel, qui m’encourage. Une fois que les épaules sont passées tout passe. Même si ça fait un peu mal… mais bon, nous voilà sortis. 

Encore quelques vires que nous voulons passer avant qu’il ne fasse nuit, ensuite la marche pourra se faire tranquillement à la frontale.

Nous voilà heureux de notre journée, remplie d’une grimpe qui en valait la peine ! Et le(s) verre(s) de ce soir fêterons à la fois nos efforts et cette année qui s’achèvent, pour laisser place à une nouvelle qui, je l’espère, augurera nombre de beaux projets !

Que 2017 soit Prodigieuse !

Accueil > Topos d’escalade > France Calanques > Cap Morgiou > Cancéou – Le Lagon Bleu

Publicités