vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Ben Aicha – chouf la fissure

Bruno à l’ouverture de la première longueur

« Après une approche en 4×4, Jean nous montre la fissure qu’il a repérée et qu’il nous propose d’ouvrir. De ce qu’il nous avait dit la veille, il n’y aurait que 150m d’escalade à ouvrir. Nous avons donc prévu 3 batterie de perfo et une trentaine de points. Une fois au pied de la voie, qui ce trouve a gauche de « même les chameaux meurs de soif », une rapide analyse nous fait dire qu’il va y avoir plus de 150 mètres d’escalade mais bon c’est peut être dû a un effet d’optique des dalles très incliné de cette face. Bruno attaque en premier l’ouverture, la fissure large se remonte facilement et en tant que bon spéléo il se sent a l’aise! les aventure commencent… la première batterie tombe en panne. déjà ! Surement une défectueuse, pas de chance. Première longueur 55 mètres. je le rejoins en nettoyant les écailles fragiles et enchaines avec la longueur suivante. Cette deuxième longueur plus simple s’arrêtera rapidement au niveau d’un gros amas de rocher instable, trop gros pour être purgé mais trop fragile pour laisser nos cordes d’escalade se prendre dedans. Meilleur option trouvée, s’y arrêter à côté. Deuxième longueurs 30 mètres, je continue dans la longueur suivante en suivant la fissure principale qui me mène dans un système de dièdres qui se bouche et se transforme en dalle fissurée. Troisième longueurs 60m Deuxième batterie vide…. Là c’est la loose, nous n’avons ouvert que trois longueur et grimpé environ 150 mètres et le sommet est loin d’être atteint… ça sent clairement le traquenard… je part dans la 4éme longueur en posant le moins de points possible pour avoir de la batterie de réchappe. 60 mètres, un point de posé plus le relais, le reste de mes protections seront de miraculeuses petite lunules et des coincements de mousquetons dans des fissures fines. Bruno part en tête et aperçoit la voie des chameaux à notre droite! Il pense pouvoir rejoindre cette voie en effectuant une grande diagonal sur des système de vire et fissure! Coup de bol ça fonctionne! Il rejoint le relais d’une des longueurs des chameaux! Nous rejoignons le sommet par cette voie en profitant pour rajouter des goujons la ou l’espacement dans cette voie d’initiation était légèrement abusé. 4 points de posés et fin de la dernière batterie… ouff on avait pas beaucoup de marge! Au fur et a mesure de notre grimpe on observe la suite de la fissure que l’on a commencé a ouvrir. La suite a l’air vraiment superbe, il va falloir y retourner pour l’ouvrir! »

Alexandre Pierre Demore, lors de la première journée d’ouverture.

Au relais commun avec « même les chameaux… »

Après notre ouverture de la voie « à l’ombre des jupons d’Aicha », nous faisons le compte des goujons. 23?. Est ce suffisant pour finir la voie entamée par Bruno et Alexandre ? Motivé pour ne pas laisser derrière notre expé une voie inachevée (et surtout égoïstement très intéressé pour continuer d’ouvrir !), je propose à Bruno d’aller la finir. Il est aussi motivé que moi pour essayer.
Nous y repartons avec Pauline et Marie le dernier jour du voyage. En remontant les longueurs déjà ouvertes, nous constatons un certain engagement dans la première longueur, un 6a pour le coup exposé. Ensuite, cela se calme. J’équipe en tête la longueur qu’Alexandre avait ouverte en quasi solo et nous voilà au point le plus haut atteint, là où ils avaient précédemment tiré à droite pour rejoindre « même les chameaux meurent de soif ». Bruno repart en tête dans de belles fissures, puis tire à droite en dalle pour trouver un crux insoupçonnable : une courte descente en 5c qui pourrait presque se faire en sautant… Nous arrivons à un relais commun avec les chameaux, qui ensuite part droit en dalle.

Je pars en tête, clippe le premier point de cette dernière puis progresse de 25 mètres dans un beau dièdre facile sans poser de goujons car je préfère les économiser pour être sur de sortir. Je pose un relais, constate qu’il en reste encore 7, suffisamment donc pour sortir… Nous passons le perfo et un goujon à Marie qui se charge de réduire l’exposition du départ.

Le topo

Bruno s’élance ensuite pour la suite de ce magnifique dièdre, et en rejoint le sommet et donc l’avant dernier relais de la voie voisine de droite, toujours ces fameux chameaux, en une quinzaine de mètres de grimpe et trois goujons. Le pari est réussi, et la voie suivant cette superbe ligne de fissures est enfin achevée !

Une dernière longueur facile obligatoirement commune avec les chameaux nous pose au sommet. Ce seront nos derniers mètres de grimpe du voyage, que je franchis personnellement avec beaucoup de nostalgie.

La voie :

L1 : 6a, 60 mètres; Fissure large engagée.

L2 : 5b,35 mètres; Beau dièdre.

L3 : 5b, 50 mètres; Fissures à main en légère ascendance à droite.

L4 : 5c; fissures facile puis traversée à droite en dalle, crux rigolo à la fin. Relais commun avec « même les chameaux… ».

L5 : 4a, 50 mètres; Prendre le premier point au dessus le relais de la voie voisine puis prendre le dièdre à gauche.

L6 : 4c, puis 5b, 72 mètres; Rejoindre par ce dièdre en une quinzaine de mètres l’avant dernier relais des chameaux puis sortir par cette dernière. Un mouv’ au début sur le ressaut raide puis dalle facile.

Ouverture collective : Marie Catelain, Pauline Chauvet, Bruno Fromento, Nicolas Gay et Alexandre Pierre Demore les 31/01/2023 et le 02/02/2023

Difficulté : D+; 6a engagé, 380 mètres d’escalade

Matériel : Grande voie équipée, cordes de 60 mètres

« Chouf » veut dire en Arabe « regarde ». La fissure étant des plus évidentes…

Ben Aïcha

Accueil > Topos d’escalade > Mauritanie > Ben Aicha – Chouf la fissure

Accueil > Topos d’escalade > Ouvertures > Ben Aicha – Chouf la fissure