vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Taoujdad – À boire ou je tue le chien

Face ouest du Taoujdad

« À boire ou je tue le chien » est la jolie voisine de l’incontournable « au nom de la réforme » (dont le nom est moins rigolo) remontant cette magnifique facette ouest du Taoujdad. Elle possède le même rocher exceptionnel bien fourni en prises diverses, le même gaz et la même ambiance marquée. Nous avons donc la une autre voie exceptionnelle, une dizaine de mètres à droite de notre grande classique !

Cependant, malgré des cotations similaires,  » À boire ou je tue le chien » est un cran au dessus : les longueurs sont plus soutenues, l’équipement plus espacé et l’escalade plus obligatoire. Certains apprécieront cette touche de caractère supplémentaire, et pour ceux qui veulent du plus difficile, la voisine de droite, « champions du Maroc », devraient les satisfaire !

À noter que dans cette facette il est possible, notamment si on ne sort pas au sommet mais que l’on redescend en rappels, de grimper plusieurs voies ou bouts de voies.

Quelle ambiance !

Approche : remonter le couloir entre L’Oujdad et le Taoujdad. En rive droite suivre des cairns sur une vire qui mène à l’attaque.

L1 : 5c; on remonte la rampe supérieure qui se redresse, trois goujons pour la longueur, à compléter.
L2 : 6c; beau mur à règles finissant dans un dièdre.
L3 : 6c; deux pas difficiles dans le dièdre puis on traverse à gauche pour remonter un mur plus facile.
L4 : 6b+; encore une belle envolée sur du super cailloux, longueur qui louvoie.
L5 : 6b+; dièdre évasé, encore de l’escalade technique.
L6 : 5c; encore un beau mur sculpté, moins raide.
On sort en une ou deux longueurs au sommet, coinceurs utiles.

Retour : voie normale en face sud puis on redescend le couloir entre L’Oujdad et Taoujdad.

1ière ascension :
Difficulté : ED-; 6c, 6b+ obl.; 250 mètres

Accueil > Topos d’escalade > Maroc > Taghia > Taoujdad – A boire ou je tue le chien