vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Nenek Simukut – Damai Sentosa

Damai Sentosa fut, avant notre passage, la voie la plus facile menant au sommet de la tour sud. Elle fut ouverte par une forte équipe internationale, et est désormais la voie la plus répétée de Tioman Island. Les photos qui ont été prises dedans l’ont rendue légendaire. En effet, le rocher, l’ambiance et la qualité de l’ouverture en font une voie plus que majeure!

Puncak Nenek Simukut - La voie Damai Sentosa suit l'évident pilier blanc

Puncak Nenek Simukut – La voie Damai Sentosa suit l’évident pilier blanc

Damai Sentosa, ou « Au nom de la paix », en français, est la seule voie entièrement équipée ou presque sur les dragon’s horn. Les ouvreurs ont toutefois voulu en faire une création engagée, et de nombreuses sections « run out » ont traumatisées les grimpeurs n’ayant pas une certaine marge et a causé de nombreux buts. Dans cette voie, les échecs sont nombreux, car sont souvent sous-estimés son niveau, le climat chaud et humide, ainsi que l’approche pénible dans la jungle. Le mieux est de venir à Tioman Island dans l’objectif de faire plusieurs voies, car ici plus qu’ailleurs prendre son temps est indispensable.

L’approche démarre par la piste créée par Oncle Sam, jusqu’au « Check point 5 ». Une sente part alors en direction de la tour sud, jusqu’au pied de « waking dream », la voie historique de l’île. Les choses se compliquent alors, la sente longe vers l’ouest la paroi dans un terrain plus fracturé pourvu de nombreux obstacles. Peut-être qu’un accès peut être tracé depuis la récente création du chemin menant à Bagus Tower. Je recommande de repérer l’accès à la voie en effectuant un portage avant de tenter l’ascension, car nombreux sont les grimpeurs qui ont perdu du temps et de l’énergie à se presser.

Le départ de la voie est facilement identifiable grâce à la corde fixe menant à la terrasse du relais zéro.  La première longueur passe dans l’arbre évident, et ce passage ne nécessite pas de chaussons. Une variante en 6b+ part à droite, mais semble très peu fréquentée.

Seconde longueur

Troisième longueur

La seconde longueur remonte d’abord une dalle équipée, puis traverse jusqu’à arriver au pied d’une belle fissure. Un dernier goujon avant le crux en 6b+, puis on remonte cette belle fissure. Au sommet de celle-ci, ne pas continuer tout droit (on voit un vieux spit de « batu naga », le « dragon de pierre », la voie voisine), mais effectuer une traversée ascendante à droite. Attention à ne pas traverser trop horizontalement en direction d’un goujon visible du relais précédent.

La troisième longueur est celle dans laquelle Stephanie Bodet a été prise en photo, ce qui a rendu la voie célèbre. En laissant à droite la variante en 8a, on remonte une fissure raide semi équipée, pour ensuite traverser à gauche et enfin remonter un mur raide très prisu, absolument majeur. 6c+ technique sur petites prises.

Quatrième longueur. Engagée et majeure!

Quatrième longueur. Engagée et majeure!

La quatrième longueur (6c) est peut être celle qui marque le plus les répétiteurs. D’abord en traversée à droite, l’escalade est magnifique, toujours sur ce si beau granit sculpté. En revanche, elle est très engagée et l’on grimpe vraiment entre les points. Il s’agit du « mental crux » de la voie. Après cette traversée ascendante, l’escalade devient plus facile mais encore plus engagée, dans du rocher incroyable, des gouttes d’eau granitiques, accompagnées de bacs et réglettes.

Cinquième longueur, toujours sublime. Une traversée ascendante à gauche mène à un mur noir raide, à nouveau engagé et bien fourni en prises. Des sangles peuvent compléter l’assurage, de façon unique pour du granit ! Je vous laisse chercher… 6c+

La sixième longueur est la plus simple de la voie. Côtée 6b+, elle démarre dans du rocher très raide qui ensuite se couche pour former à nouveau une magnifique dalle caractéristique. L’escalade y est encore très engagée !!

Dernière longueur, dans des cannelures granitiques. Exceptionnel!

Dernière longueur, dans des cannelures granitiques. Exceptionnel!

La septième et dernière longueur commence par un crochet difficile et joueur à gauche d’un petit pilier, pour ensuite évoluer dans du terrain plus facile jusqu’à un court mais très beau surplomb, que l’on franchit grâce à des bacs uniques. La fin, facile dans des cannelures sculptées est magnifique et engagée.

Du septième relais, un sentier rejoint le sommet de la tour. La descente la plus commode se fait en rappels dans la voie.

Chaque longueur étant majeure, l’ensemble fait de Damai Sentosa une voie exceptionnelle. Dans un cadre tropical unique, elle représente un challenge de rêve…

En rappels. Quel rocher, ce granit à trous!

En rappels. Quel rocher, ce granit à trous!

Session de bloc à la plage, et en arrière plan la voie.

Session de bloc à la plage, et en arrière plan la voie.

1ière ascension : Stephanie Bodet, Yong Liu, Arnaud Petit, David Kaszlikowski et Tam Khairudin Haja au printemps 2013.

Difficulté : ED ; 6c+ max, 6b+ obligatoire ; III+ ; 280 mètres. Plusieurs passages relativement aisés sont très engagés alors que les difficultés sont souvent bien protégées.

Matériel : Classique grande voie, un jeu de friends du 0,2 au 2 pour les deuxième et troisième longueurs. Sangles.

Accueil > Topos d’escalade > Malaisie > Tioman Island – Mukut > Nenek Simukut – Damai Sentosa

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Topo Damai Sentosa

Topo Damai Sentosa

Publicités