vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

L’arête trouée – Subéroque

arête trouée sainte victoire

Denis dans la seconde partie de la deuxième longueur

On apprécie toujours vus du plateau du Cengle ces arêtes parallèles, formant les Piliers de Subéroque. Les voies y sont variées et hétérogènes, inégales, et rarement trop fréquentées. L’arête trouée est un itinéraire qui résume parfaitement le style d’escalade en arête que l’on retrouve sur Sainte Victoire : dans l’ensemble, cet itinéraire est intéressant et recommandable, mais reste assez peu homogène. Le rocher varie du parfait au pas terrible, l’équipement est variable même si dans l’ensemble il reste rare (« sur Sainte Victoire, quand il y a un pas dur, il y a toujours un piton. Mais on ne peut pas vous en décrire son état » me dit un jour Gilles Crespi. Il avait raison, car dans cette voie, j’en ai fait tomber un). Il faudra beaucoup chercher son itinéraire, sur une arête dont on ne suit pas toujours le fil et, enfin, le pas le plus « compliqué » ne manque franchement pas d’originalité ! Certes, il est contournable, mais ce serait dommage d’esquiver ce passage aussi rigolo que cauchemardesque… Enfin, même si l’ambiance tarde à arriver, elle est bien présente dans la partie médiane de la voie, qui constitue le passage le plus intéressant.

Le topo officiel FFME est plus précis que le topo actuel de camptocamp (que je complète succinctement car certains répétiteurs n’en demandent surtout pas plus), mais les cotations sont très « Sainte Victoire ». Les variantes sont nombreuses et je vous présente donc le parcours que nous avons effectué. Après avoir lu les commentaires il semblerait que notre parcours corresponde à celui emprunté par ceux qui voulaient le plus de difficultés possible. Certains passages clés semblent donc évitables.

Il est écrit au pied de la voie AR, avec une croix (peu visible). Je recommande de partir 15 mètres à gauche dans une rampe oblique en ascendance à droite pour éviter 10 mètres de rocher pourri dans du 3.

arête trouée suberoque

Denis au sommet de la dalle en 5c

L1 : 3c; Rampe en ascendance à gauche (que l’on peut rejoindre après la zone la plus pourrie par la gauche) puis mur fracturé jusqu’à un chêne avant une brèche où l’on fait relais.

L2 : 5c+; Sur le fil du pilier, entièrement équipé de pitons aux âges variés. Il serait possible d’éviter ce crux par un dièdre pourri plus facile à gauche. On arrive à un relais intermédiaire (une vieille plaquette et un vieux piton bien planté). On continue par un mur en 5b équipé de pitons puis l’on poursuit par l’arête pour faire un relais sur arbre sur le fil de l’arête.

L3 : 6a; Prendre une vire facile à droite du fil jusqu’à un chêne (ficellou à son pied) et remonter tout droit une fissure pas évidente avec un bon piton au passage dur. Poursuivre tout droit jusqu’à rejoindre une cheminée des plus évidentes ou un chêne avant de renter dedans (possibilité d’esquiver ce crux en continuant la vire – information à vérifier).

L4 : 5a; Remonter cette cheminée évidente et passer dans le trou beaucoup trop étroit (contournable par la gauche… bonne option pour les non rachitiques !) puis poursuivre par des dièdres à droite du fil. Relais sur l’un des chênes rencontrés !

L5 : 4c; Rejoindre le fil de l’arête et poursuivre par celui-ci jusqu’à un collu. Relais sur un pîton, une lunule fragile, complétable.

L6 : 5c. Un premier mur facile amène à une dalle technique. Un piton avant le passage clé, un second après.

L7 : 4; poursuivre jusqu’au sommet (environ 100 mètres, difficultés non obligatoires).

1ière ascension : A. Bourgarel, H. Carrega, H. gentil et J. Léonce en 1960

Difficulté : D+; 6a, 5b obligatoire; 200 mètres

Matériel : Friends des petits au 2, câblés, sangles, matériel grande voie équipée

Accueil > Topos d’escalade > France > Sainte Victoire > Vierge et Subéroque