vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Eperon de l’Ermitage

Le massif Sainte Victoire est passé de mode. Il ne correspond plus aux critères modernes, qui favorisent les dévers, les performances, les voies bien équipées, reflets de la société actuelle. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, ce superbe massif était très prisé car il constituait une formidable école de terrain d’aventure et de progression en terrain montagne. Pour les grimpeurs intéressés par une approche différentes de l’escalade, souhaitant s’initier aux grandes voies non aseptisées, l’éperon de l’ermitage constitue un itinéraire incontournable.

L’approche, tout d’abord, sans être si compliquée, nécessite un certain flair. Les vagues sentes semblent toujours mener à destination avant de disparaître sournoisement. Il faut alors choisir entre le demi tour et forcer entre les chênes kermesse. Ces derniers gagnent presque systématiquement. Pensez y avant de vous enfoncer!

Eperon de l'ermitage, Sainte Victoire - Seconde longueur

Eperon de l’ermitage, Sainte Victoire – Seconde longueur

La ligne suit un éperon magnifique, parfois aérien, dont les difficultés principales sont concentrées sur la première moitié. Un premier ressaut, raide, puis une zone de gradins à aborder en corde tendue amène à une grande dalle pas si simple. Heureusement, comme bien souvent dans ce massif, quelques vieux pitons permettent de se concentrer davantage sur la gestuelle dans le passage dur.

Eperon de l'ermitage, Sainte Victoire - Partie centrale

Eperon de l’ermitage, Sainte Victoire – Partie centrale

S’en suit un très agréable parcours d’arête, plus proche de l’alpinisme que de l’escalade, jusqu’au pied d’une tourelle. Le passage suivant est le plus marquant de la voie: pourtant facile, il n’en est pas moins aérien. On traverse à quatre pattes (ou debout pour les courageux!) le fil lancéolé de l’arête, horizontale.

La même longueur, vue du haut

La même longueur, vue du haut

Une courte marche conduit ensuite au sommet des crêtes, d’où le paysage, du mont Ventoux au sud du massif des Ecrins, est magnifique.

Il s’agit donc là d’une excellente course d’initiation. Si celle ci vous intéresse et que vous chercher un accompagnant, n’hésitez pas à me contacter. Je saurais la rendre encore plus intéressante, en vous proposant d’approfondir les acquis qu’une telle sortie peut vous offrir.

La dernière longueur suit l'arête, par un mouvement tout en équilibre

La dernière longueur suit l’arête, par un mouvement tout en équilibre

Difficulté: TD-, 6a max. Avec ses 250 mètres de dénivelé sur un éperon bien individualisé, il s’agit sans doute de la plus longue escalade continue du massif.

ière ascension: C. Gallard, A. Audiffret, M. Frager, G. Garrigou et P. Gunebaud en 1964.

Matériel: Classique terrain d’aventure, nombreuses sangles.

Un grand merci à Maxime L. pour ses photos.

Accueil>Topos d’escalade > France > Sainte Victoire > Saint Ser > Eperon de l’Ermitage

Publicités