vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

La discorde

Le Verdon est pour beaucoup synonyme de rocher gris, solide, de grandes envolées gazeuses loin au-dessus de belles forêts de chênes et buis. Certes, cela est bien souvent le cas, mais pas toujours. Des fois on grimpe sur du jaune, ou sans gaz, en couenne. Et encore, parfois, on grimpe DANS la forêt. Hé oui, l’escalade Verdonesque se déroule parfois dans des jungles verticales. Mais c’est très rigolo !

On se souvient de l’éperon des bananiers, ou encore de la voie des bananes sur l’escalès (partiellement recouverte par d’autres voies). Ces voies sont en fait assez nombreuses, mais souvent peu classiques.

La voie « la discorde » me plaisait pour plusieurs raisons : cadre très sauvage et secteur non fréquenté, informations du topo très vagues, un court passage d’artif, cheminement tortueux, niveau minimum pour la liste de courses à justifier pour passer l’examen probatoire du DEJEPS Escalade (un argument certes très petit, mais il faut bien la faire, cette liste !), et enfin les recommandations d’un ami local. Bien que très abordable sur le papier, nous étions sûrs d’y trouver l’aventure !

La paroi - le tracé y est complexe

La paroi – le tracé y est complexe

Le tracé du topo 2010 est excessivement faux. Il est même décalé, par endroits, de plusieurs dizaines de mètres. Pas simple de s’orienter dans ces conditions ! Prendre du recul avant de se lancer est une bonne idée pour anticiper les futures erreurs d’itinéraires. Celui-ci est d’ailleurs très intéressant : il faut vraiment bien le chercher, et les traversées sont nombreuses. Les passages ne sont pas facilement anticipables et bien souvent, on doute que le prochain surplomb puisse passer. Mais bien souvent, une belle surprise vous attend !

Je vous livre le topo de l’itinéraire que nous avons parcouru. Celui-ci n’est probablement pas celui de l’ouverture car nous avons aperçu dans le haut des ficellous blanchis sur notre gauche. Mais qu’importe, dans ce type d’itinéraire le principal est de savoir sortir par ses propres moyens ! Surtout qu’il ne faut pas compter sur les deux ou trois pitons seulement pour 250 mètres. C’est dans cette optique que je limite (contre mon gré !) le flux d’informations. Savoir se débrouiller tout seul, interpréter un topo approximatif, découvrir l’itinéraire en fonction du terrain, ainsi improviser son chemin en fonction de son ressenti et suivre son instinct sont les fondements de l’escalade en terrain d’aventure. Tout le monde n’est pas obligé d’aller dans ces lignes paumatoires au rocher parfois délicat, souvent recouvert d’une végétation plus ou moins bienvenue (on y trouve une fantastique goulotte végétale !), et dans des cotations balancées au hasard. Mais on y fait remarquablement bien ses armes, et le jeu peut s’avérer très rigolo ! C’est dans cet état d’esprit, avec une envie de découverte, que ce genre de lignes deviennent intéressantes. Il s’agit là de véritable terrain d’aventure, formateur et tout de même atypique. Les grimpeurs exigeants et uniquement motivés par la belle gestuelle feront mieux d’aller grimper sur l’Escalès !

Difficultés : 5c/A2 ou bon 6b expo. 250 mètres. Cotations d’époque et difficiles à apprécier dans les parties les plus forestières.

Matériel : Classique grande voie en terrain d’aventure, nombreuses sangles. Un marteau et quatre pitons au cas où.

Accueil>Topos d’escalade > France >Verdon > Les Malines > La Discorde

Publicités