vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

La porte des cieux – teghie Lisce

Voici une superbe occasion de se mettre en danger.

L’escalade est également très belle.

Le granite Corse est le plus beau que je connaisse. En plus des taffonis, ces trous de toutes tailles dus à des haloclasties (cristallisation de sels dans la roche puis désagrégation de ceux-ci – phénomène principalement observé en milieux marins et désertiques), on y trouve un granite pur, avec des dalles composées de rares bosselettes (comme sur le mythique « dos de l’éléphant »), et strié de fissures régulières, où la technique de verrous est parfois indispensable. On y trouve, par conséquent, des fissures plus larges, comme les cheminées, ou même parfois les… off width!

Teghie Lisce - sur la gauche de la paroi, on distingue "l'oreille" caractéristique de la Porte des Cieux

Teghie Lisce – sur la gauche de la paroi, on distingue « l’oreille » caractéristique de la Porte des Cieux

Ces fissures ont déjà fait trembler plusieurs générations de grimpeurs, et pas les plus trouillards… Mais qu’est ce donc, un (ou une?) off width? Par definition, il s’agit d’une fissure « hors taille » (comprendre: de mauvaise largeur). On ne peut donc rien y coincer d’évident: trop large pour les poings, pas assez pour le corps. Cela se grimpe par des reptations fuyantes, en coinçant tout plus ou moins au hasard: coude, genou, opposition sans efficacité… Et, bien sur, aucun coinceur n’est assez large pour protéger ce genre d’horreur, du coup très souvent très dangereuse.

Porte des Cieux - Premier 6a

Porte des Cieux – Premier 6a

La porte des cieux, ce n’est que ça? Non, bien plus, et la voie est magnifique. Une seule longueur est de ce type, et a été rééquipée. Allons voir alors! (quand on est dedans, on regrette cet enthousiasme, mais on ne peut en sortir que très heureux, à condition d’en sortir!)

l’approche, à condition de ne pas se perdre (ce qui n’est ici jamais si évident), est relativement modérée: 45 jolies minutes.

La rampe initiale est évidente, on la remonte vers la gauche jusqu’à la première difficulté.

L1: 4c, une cheminée large, facile mais hyper exposée. Il n’y a pas de vraie raison de tomber, mais si cela devait arriver, préférer tomber dès le début. La chute sera moins haute. Ce passage est à priori contournable par la gauche. On remonte ensuite le couloir jusqu’au pied de LA fissure de la voie. Celle ci est tout simplement immanquable! Elle s’élargit très progressivement, au fur et à mesure…

L2: 6a, fissure superbe, verrous et dulfer, bien protégeable avec un spit en haut. Relais confort dans l’arbre.

L3: 6a. Ça y est, les choses sérieuses sont là. Se diriger à droite vers la lunule évidente, puis foncer sans tomber jusqu’au relais (un piton au tout début). Le pas du est en haut, il y a risque de très, très grosse chute en cas d’échec. Il faudrait mesurer (sans tester) mais il semblerait que la distance qui nous sépare du sol soit inférieure à celle de la chute potentielle. Le relais est composé de trois spits maison très vieux…
Cela est peut être protégeable (à confirmer…) avec des gros friends, que nous n’avions pas. Cette longueur est absolument majeure!

Troisième longueur - 6a

Troisième longueur – 6a

L4: 6b. LA longueur! Magnifique ou horrible, selon l’interlocuteur. Malgré la présence de trois (vieux) spits de 8mm, elle est très engagée. Ceux qui ne savent pas grimper ce style ont intérêt à apprendre très vite (dans les cinq premiers mètres) sous peine de gros râteau! Relais béton mais inconfortable dans un arbre de houx.

L5: 5c, toujours hyper radical. La fissure, s’élargissant depuis le début, est désormais « laminoir » (on y rentre tout pile le corps et on ne bouge plus). Une reptation hyper physique permet de s’en sortir. Chaque centimètre gagné est un combat. En revanche, coincé ainsi, je ne pense pas que l’on puisse réellement tomber (en cas on doit pouvoir rester coincé à vie). De quoi tomber amoureux ou dégoûter à vie de la fissure.

On arrive alors à un jardin, où les possibilités de sortie au sommet sont diverses. Je ne décris la voie que jusque là car c’est ici que s’arrête cette fissure tout simplement incroyable…

Difficulté: TD, 6b max et assez obligatoire. 6a dangereux.

1ière ascension: G. Bettembourg, H. Thieverge et Jacques Cuenod en 1975

Matériel: classique terrain d’aventure, les gros friends doivent pouvoir aider beaucoup.

La ligne. Magnifique, non?

La ligne. Magnifique, non?

Accueil > Topos d’escalade > France > Corse > la porte des cieux – Teghie Lisce

Publicités