vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

L’arête de Cassis

La ligne de l'arête de Cassis

La ligne de l’arête de Cassis

L’arête de Cassis est la plus longue voie des Calanques. Orientée à l’est, elle s’oppose parfaitement à l’arête de Marseille et constituent deux grandes classiques aussi différentes que complémentaires. Celle ci est par contre plus sauvage, peu équipée et encore non patinée. Elle est donc probablement plus sérieuse, et plus intéressante, même si cette arête ne possède pas la renommée de sa consoeur. Mais la vue y est au moins aussi belle, et l’on y grimpe trois fois plus : une belle course en perspective!

L’arête de Cassis est très intéressante de nombreux points de vue : très longue, son ampleur est rare dans les Bouches du Rhône; le cheminement n’est pas évident, et demande de la réflexion sur l’itinéraire; une section en rocher moyen demande une certaine concentration dans le 5c; enfin, les manipes sont nombreuses. De plus, l’escalade est belle. Je ne saurais que trop vous en recommander le parcours!

L’approche, assez longue, longe le socle de la grande Candelle, puis remonte le val Vierge après avoir passé le pas de l’oeil de verre. Une sente bien cairnée se dirige ensuite vers le pied de l’arête, traversant un pierrier.

Première longueur

Première longueur

L1: 4c; En ascendance à gauche, on franchit un mur raide mais bien prisu. Un bon piton, relais équipé de deux goujons juste en bas à droite du jardin.

L2: 5c; Droit au dessus le relais (rocher délité) jusqu’à une vire bicyclette, puis une légère traversée à droite mène à un dièdre en rocher moyen que l’on remonte (quelques pitons) jusqu’à un relais équipé (goujons).

L3: 3a; Court dièdre au dessus le relais, remonter jusqu’à une terrasse, relais arbuste et piton, à gauche de l’arête.

L4: 4b; Au dessus le relais en ascendance légère à gauche, puis dans une superbe dalle compacte, jusqu’à un relais équipé de deux goujons.

L5: 4a; Continuer jusqu’à une large vire, puis traverser à droite dans une belle dalle facile et compacte. Relais sur arbre en contrebas de l’arête.

L6: 3c; Par une courte fissure, on rejoint le fil de l’arête et on passe derrière celui ci. Relais sur une plate forme (un piton, à compléter), au pied d’un ressaut.

Sixième longueur

Septième longueur

L7: 4a; Cheminée à droite du fil de l’arête, jusqu’à une vire. Relais à droite sur arbre.

L8: 4b; Superbe dièdre cheminée évident, relais au sommet.

Depuis la partie supérieure, la petite arête de Cassis

Depuis la partie supérieure, la petite arête de Cassis

On arrive à une large vire (échappatoire évident), d’où démarre la petite arête de Cassis, plus équipée.

L9: 4c, bien équipé, à droite du fil. Très beau!

L10: 3c; Toujours sur le fil.

L11: 4c; courts ressauts, puis arrivée en corde tendue au sommet!

Une grande partie de la voie peut se parcourir en corde tendue selon l’aisance des membres de la cordée.

Descente en un rappel du sommet de la grande Candelle (cairns, chaîne).

1ière ascension : Giselle et George Albert, le 30 novembre 1940 (encore eux!)

Difficulté : D+; 5c max et obligatoire; 300 mètres

Matériel : Classique terrain d’aventure

Accueil > Topos d’escalade > France > topos escalade Calanques > La grande Candelle > L’arête de Cassis