vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Baou rouge ou panoramique du Devenson

Ligne majeure dans le cirque le plus sauvage des calanques, la voie du baou rouge est une vieille classique, ouverte en 1938. Certes, la voie d’origine remontait des zones de faiblesse en rocher moyen ou végétales, et laissait les belles parties de la tour Save sur la droite, mais il s’agissait d’un itinéraire d’ampleur, aboutissant en haut de l’un des plus beaux murs du massif, en passant par un joli sommet aussi aérien que maritime, la tour du Mage (ou Save, du nom du baron Jean Save de Beaurecueil, qui fut le premier à gravir les flancs de ce monolithe par un itinéraire ne faisant aujourd’hui plus rêver grand monde, affrontant davantage des arbres et des pentes de sable que des vrais murs en rocher).

Au milieu de la voie, droit au dessus de la grande bleue

Aujourd’hui, cet itinéraire a bien évolué. Il a été réequipé avec de nombreuses variantes, afin de grimper les zones les plus intéressantes, et rebaptisé « la panoramique du Devenson ». C’est désormais une des voies les plus classiques des calanques, offrant une vue exceptionnel dans un cadre dont on ne saurait se lasser, et offrant de surcroît un empilement de longueurs aussi majeures que variées. On gravit des dièdres raides, des dalles aériennes et même un court surplomb à bacs, sur un rocher allant du beau gris à gouttes d’eau à l’aragonite solide et bien nettoyée (on devine cependant qu’il y a du y avoir une époque durant laquelle le rocher a du être terrifiant). L’approche, les rappels et la longueur de la voie en font une sortie complète qui occupera une magnifique journée. Une voie à faire absolument pour les amoureux de ces escalades maritimes ! Attention quand même, cette voie est à éviter durant les beaux weeks ends de printemps, car on risque fort d’y faire la queue aux relais !

Dernière longueur

Approche : rappels d’état d’urgence (hypers aériens) ou à pied via le petit couloir ou les rappels du Riz au Lait (moins impressionnants) en hiver et printemps selon les arrêtés relatifs à la reproduction des faucons pèlerins. Après les rappels d’état d’urgence, on redescend le couloir dans l’axe sans rejoindre les cordes fixes en bas. La voie démarre à gauche en regardant la mer. Pour information, nous y allions auparavant à pied depuis Marseille…

L1 : 5a, 25 mètres; court dièdre puis traversée à droite.
L2 : 2, 15 mètres; traversée de la vire à droite.
L3 : 5c, 45 mètres; dièdre puis gradins faciles.
L4 : 5c, 25 mètres; traversée aérienne ascendante à droite.
L5 : 5b, 25 mètres; belle dalle droit au dessus.
L6 : 5c, 25 mètres; beau dièdre raide et court surplomb.
L7 : 5b, 25 mètres. Un pas au dessus du relais puis traversée facile vers le collet de la tour Save.
L8 : 5b, 50 mètres; dièdre fantastique à droite du fil du pilier (Voie de la Coryphene).

Retour à pied évident.

Les rappels d’Etat d’Urgence, particulièrement impressionants

1iere ascension : M-A. Azémat et Joseph Bouisson en 1938. Reequipée et modifiée par Guy Abert, puis par le CAF.

Difficulté : D+; 5c; 200 mètres.

Matériel : grande voie sportive.

Accueil > Topos d’escalade > France > Calanques > Devenson > Voie du baou rouge ou panoramique du Devenson