vertical pirate

Moniteur d'escalade Calanques, Sainte Victoire et provence, pour l'abordage des falaises et autres aventures verticales ! En méditerranée et au delà …

Le toit branlant

MAJEURE! Et encore, il s’agit là d’un euphémisme! C’est réellement une des plus belles voies que j’ai pu grimper dans ma vie. De part son ambiance, grimper sur la forteresse du Castelvieil est déjà magique. Mais en plus, l’accès, par la traversée Ramon puis par une ligne de rappels pendulaires compliqués, l’absence totale d’équipement en place, la raideur de la face, l’ampleur relative de la voie et le caillou magnifique en font une superbe aventure!

Il existe plusieurs possibilités d’accès aux rappels. La belle option consiste à commencer par la traversée Ramon, qui constitue en soit une traversée très agréable, probablement une des plus belles dans ce niveau. L’ambiance y est extra ordinaire… Tout au bout de celle ci, au lieu de remonter au plateau, on peut également s’engager encore plus dans la grande face du Castelvieil, par les rappels de la « Sans Retour ». Pendulaires et déversants, ceux ci sont réellement compliqués, et nous déposent à seulement quelques mètres de l’eau, dans une anse plutôt glauque, dominée par la voie du Bidule.

Les rappels d'accès de la traversée sans retour

Les rappels d’accès de la traversée sans retour

C’est déjà bien d’être arrivé là. Un pincement au coeur accompagne bien souvent le grimpeur qui tire la corde après le rappel, confirmant l’engagement du lieu.  Désormais, le seul salut est par le haut! (ou en bateau stop, option qui marche plus ou moins – voir le récit du topo FFME où le bateau secouriste finit par couler en essayant de secourir une cordée!)

Malgré cette ambiance initialement sévère, l’escalade est tout de suite plaisante et même rassurante! Ici, pas de pitons rouillés, pas de coins de bois pourris ou même de goujons, juste de super emplacements à coinceurs ou à lunules, dans une grande face surplombant la mer. Un rêve!

Seconde longueur du toit bralant, un 5b mjeur

Seconde longueur du toit bralant, un 5b majeur

Les cotations sont sur le papier relativement modestes, mais il faut tout de même avoir un peu d’habitude de ce terrain entièrement à équiper et un peu de marge pour bien se faire plaisir. L’escalade est raide et très prisue, donc très gratifiante (très belles rondeurs, typiques). Et la voie est assez longue pour  le massif. Et avec un peu de recherche d’itinéraire en plus… Voilà pourquoi elle est à faire absolument! Et le dépaysement est garanti…

Difficulté: 5c, à l’ancienne, assez soutenu sur six longueurs, toujours bien protégeable et sur un rocher béton. 160 mètres de pur bonheur! (en développé celle ci est nettement plus longue, surtout si l’on attaque par la traversée Ramon: une vraie grosse journée en perspective, un petit voyage presque!) La voie est assez engagée car le retour à la nage ne semble être réservé qu’à ceux capable de nager un kilomètre ou deux minimum en mer. Risque de noyade possible.

Matériel à emporter: Classique de grande voie (avec des bouts de ficellous), un jeu complet de friends, un jeu de câblés, exentrics pour ceux qui en ont et qui savent les utiliser, nombreuses sangles pour les lunules et relais.

Attention, la première longueur passe près du niveau de l’eau. Par grosse mer, sachez renoncer ou changer d’objectif!

A vous de jouer!

Le haut de la longueur clé

Le haut de la longueur clé

Et voilà le topo!

Topo du toit branlant - cotations personnelles

Topo du toit branlant – cotations personnelles

Accueil > Topos d’escalade > France > Calanques > Castelvieil > Le toit branlant

Publicités